Capsules #8 : Les sources d’oméga-3, sont-elles toutes équivalentes?

Avez-vous déjà entendu parler des acides gras Oméga-3? Évidemment que oui, me répondrez-vous. Tout le monde en a déjà entendu parler au moins une fois dans sa vie. «C’est le truc qu’on retrouve dans le poisson et qui est bon pour la santé!» Jusque-là, vous vous en tirez plutôt bien. Mais outre cela, qu’en est-il réellement? Pourquoi devriez-vous lui faire une place dans votre assiette? Où en est rendue la science avec tout ça?

 

Les différents types d’oméga-3

L’oméga-3 est dans la famille des acides gras essentiels puisque le corps n’en fabrique pas par lui-même. C’est simple, non? Il est donc primordial de les obtenir par le biais de l’alimentation afin d’assurer le bon fonctionnement de la «machine humaine».

En fait, ce n’est pas si simple! Il existe différentes sources d’oméga-3 dans notre alimentation (végétales et marines) et tous ne s’équivalent pas. Rien de mieux qu’un tableau pour vous aider à les différencier.

 


 

OMÉGA-3
AEP (Acide eicosapentanoïque)
ADH (Acide docosahexaénoïque)

 

SOURCES ALIMENTAIRES
Source marine
Le saumon, la truite, les sardines, le maquereau, les huiles de poisson, etc.

 

EFFETS SUR LA SANTÉ
Effets protecteurs sur la santé du cœur

  • Diminution des triglycérides sanguins
  • Diminution des taux de cholestérol sanguin
  • Diminution de la pression sanguine

D’autres effets potentiellement bénéfiques sont observables sur le cerveau, la dépression et la prévention de l’Alzheimer.

 


 

OMÉGA-3
AAL (Acide alpha-linolénique)

SOURCES ALIMENTAIRES
Source végétale
Le lin, le chanvre, le chia, le soya, les noix de Grenoble, l’huile de canola, etc..

*Les produits de consommation courants enrichis en Oméga-3 le sont principalement avec une source végétale.

EFFETS SUR LA SANTÉ
• Essentiels pour la santé, ils contribuent à l’équilibre Oméga-3/Oméga-6.
• Ils ne sont pas aussi efficaces que les sources marines en prévention aux maladies cardiovasculaires.
• L’AAL peut être transformé en AEP et ADH par le corps, mais cette conversion est réduite (varie de 2 à 10 %).

 

Malgré le fait que les effets bénéfiques sur la santé ont surtout été observés avec l’AEP et l’ADH (source marine) la consommation d’AAL (source végétale) ne doit pas être écartée. Il est recommandé de varier les sources en consommant régulièrement du poisson, mais aussi des huiles, des noix et des graines riches en acide alpha-linolénique (AAL).

 


 

Le portrait actuel face à la consommation d’oméga-3

De nos jours, la consommation d’oméga-3 est bien en deçà de ce qu’elle l’a déjà été. Les oméga-6 ont principalement pris la place. Abondement utilisé dans l’alimentation moderne, les huiles de maïs, de tournesol, de soya, d’arachide et de carthame sont retrouvées dans la plupart des produits transformés. L’industrie les préfère aux huiles riches en oméga-3 essentiellement puisqu’elles sont plus stables.

Actuellement, on peut estimer que les gens consomment 10 à 30 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3 tandis que le ratio devrait idéalement se situer entre 0 et 4 fois plus élevé. C’est énorme!

Or, ce déséquilibre n’est pas sans conséquence. Il favoriserait notamment un état physiologique propice aux maladies cardiovasculaires et aux troubles inflammatoires. Il empêcherait également l’organisme d’exploiter de façon optimale les différents bienfaits associés aux oméga-3.

 

La solution facile et rapide

Vous me voyez venir, n’est-ce pas? La solution est simple, mangeons plus de poissons et d’autres aliments riches en oméga-3. Ah et j’y pense! Si l’on mangeait moins de produits transformés du même coup?

2018-08-14T13:35:15-05:00août 14th, 2018|Nutrition|0 commentaire

Laisser un commentaire